Discographie

Triptyque

1 - Triptyque I
2 - Triptyque Ii
3 - Triptyque III

Dernier disque du Geneva Brass Quintet
Création de Christophe Sturzenegger 
Triptyque pour choeur féminin et quintette de cuivres

Ensemble vocal féminin Polhymnia
Geneva Brass Quintet 
Franck Marcon, direction

 

Critique du disque

The Geneva Brass Quintet was formed in 2001 when all flve members were graduate students at the Geneva Conservatory. In the years since their founding, the ensemble has risen in international esteem, having completed successful tours to South Africa, China, and Dubaï ; and they also boast upcoming projects in South America and Asia. Each February, the group hosts the Geneva Brass Festival, which indicates their interest in educarion and outreach. GBQ & Friends is the group's second album. featuring the quintet with additional solo instruments, namely organ, pan flute, soprano, and female chorus. The first track is an adaptation of J.S. Bach's violin Concerto No. 1 in A minor for brass quintet. This selection demonstrates the very musical and sonorous approach the Geneva Brass has achieved. The ensemble's timbre is rich, blended, and exiting to hear. 3 Pastels sur la Belle Epoque is a particular favorite of this reviewer. The music is engaging and showcases additional styles mastered by this flne ensemble. Tryptique is an ethereal, spiritual work for quintet and chorus and is a welcome addition to the repertoire. Ensemble Polhymnia, under the direction of Franck Marcon, is quite an exceptional vocal ensemble; and pan flutist Michel Tuabosco and organist Vincent Thévenaz also make valuahle contributions to the recording. The entire album is a clear example of the talent and artistry of the Geneva Brass Quintet. With these excellent supplemental performers, the GBQ. has provided the brass quintet community with nice additions to the repertoire for brass quintet and soloists. This album is certainly recommended for all listeners.
Jason Bergman, assistant professor of trumpet, University of Southern Mississippi, Hattiesburg, MS - International trumpet guild - 2013

 

M.-A. Charpentier - Eric Gaudibert : Une mystique de l'ombre

1 - Litanies
2 - D'un visage endormi
3 - Salve Regina
4 - Petit testament

Marc-Antoine Charpentier – Eric Gaudibert
Une mystique de l’ombre

“Le secret est le seul lien entre les individus.”
Création d'Eric Gaudibert

Florence Boeuf-Albert, flûte à bec et viole de gambe
Eric Gaudibert, orgue positif (pour la création)
Franck Marcon, orgue et direction

Cette belle sentence de Pascal Guignard s’offre à moi pour tenter d’expliquer le rapprochement, que j’ai souhaité, entre l’oeuvre de Marc-Antoine Charpentier et celle du compositeur suisse Eric Gaudibert. Une vive intuition d’une communauté d’esprit, d’un mouvement de retrait, de concentration et en même temps d’exaltation inquiète, d’irruption poétique me semblait rapprocher ces deux compositeurs si éloignés dans le temps. Leurs musiques si différentes, leurs univers si éloignés ne parviennent pas à les dissocier dans mon esprit. Ils ont ce même goût pour un épanchement discret, pour l’oxymore, pour cette concentration poétique dans des formes et motifs d’une grande simplicité, d’une grande élégance. Eric Gaudibert a répondu avec enthousiasme à la proposition que je lui ai faite et je l’en remercie. Il a su tisser un lien discret, ténu entre sa nouvelle création et les pièces que je lui avais proposées de Marc-Antoine Charpentier. Ce jeu de miroir, ce dialogue nous permettent d’apprécier avec plaisir la puissante continuité entre la musique dite contemporaine et celle dite baroque. Beaucoup cherchent à dresser des frontières inutiles, des barrières infranchissables. J’ai toujours souhaité, depuis mon arrivée au sein de l’ensemble Polhymnia, franchir le pas d’une certaine réconciliation entre les différents styles, les différentes époques. Il m’est indispensable de chercher à rejoindre l’essentiel : le son, sa dimension métaphysique et mystique sans me soucier des lignes de partage vainement établies. Avec cet enregistrement que je soumets à votre écoute attentive, je voudrais avoir contribué à réaliser une part de ce rêve de réconciliation.
Franck Marcon - Directeur artistique de l’Ensemble Polhymnia 

 

Critique du disque

Il fallait oser une telle confrontation, entre l’une des figures majeures du baroque français et un compositeur suisse contemporain. A plus de trois siècles de distance, Marc-Antoine Charpentier et Eric Gaudibert se trouvent réunis sur le même disque grâce à l’Ensemble Polhymnia et à son directeur artistique, Franck Marcon. Les œuvres adoptent toutes le même effectif, minimal : chœur de femmes et orgue. Au fil des plages, l’écoute alterne donc entre les pièces sacrées de Charpentier (Litanies de la Vierge, Salve Regina et l’oratorio In nativitate Domini nostri Christi Canticum) et les différents mouvements de la création d’Eric Gaudibert, Si lointaine, sa voix, sur des poèmes de François Debluë. Chez ces deux compositeurs se dégage la même recherche expressive, sobre et intérieure, avec une constante attention au texte. A l’écart des modes, Charpentier et Gaudibert touchent-ils à une certaine intemporalité du discours musical ?
Les voix de femmes de Polhymnia sonnent de manière transparente et lumineuse.
La Revue Musicale de Suisse Romande 65ème année, n°2 - juin 2012

Eternité

3 - Sanctus
5 - Sprüche

Musique française sacrée du début du XXème siècle
Création de Julien-François Zbinden

Isabelle Giraud, flûte
Jean-Christophe Geiser, orgue de la cathédrale de Lausanne
Franck Marcon, direction

“ Mon but n’est pas de mettre en mouvement des sonorités dans une direction précise. Je voudrais au contraire les laisser libres, si possible éviter de les contrôler. Je me contenterais parfaitement de recueillir les sons qui gravitent autour de moi et de les mettre ensuite en mouvement d’un geste délicat […] ”
Toru Takemitsu (1930-1996) 

 

Crtitiques du disque

"Das Vokalensemble Polhymnia überzeugt – zusammen mit den Solisten Isabelle Giraud (Flöte) und Jean-Christophe Geiser (Orgel) – in den technisch und musikalisch äusserst anspruchsvollen Werken durch eine homogene Klanggebung und subtile Gestaltungskraft.
Auch wenn eine Generation zwischen Toru Takemitsu und dem in Frankreich geborenen Jehan Alain liegen, scheinen sich ihre Credos doch sehr nah zu sein. In seinem wohl vollendetsten Werk, der durch die Natur inspirierten «Messe modale», überwiegt die Ruhe, was jeder Stimme erlaubt, sich in ihrer ganzen Fülle zu entfalten.
Beherrscht von einem glühenden religiösen, ja sogar leidenschaftlichen Glauben, drückt sich Willy Burkhard in seinem «Cherubinischen Wandersmann» durch eine direkte, raue Sprache aus. Mit dieser Musik führt uns der Komponist durch Verse, die nicht erklärt werden, sonder vielmehr einen Platz in der Mitte unserer Empfindungen finden wollen.
Schon mit den ersten Takten der Kyrie Eleison, gewährt uns der Dirigent und brillante Komponist André Caplet einen Einblick in eine Musik, die in weicher Anmut durch originelle Ornamente betört.
In «Eternité» – einem von rund 100 Werken Julien-François Zbindens – knüpft der Komponist mit Orgelklängen einen geheimnisvoll sanften Klangteppich, während die Stimmen in einem dunklen Ostinato verharren. Das Instrument unterbricht die aufbrausend leidenschaftliche Entwicklung mehrmals, bis diese schliesslich gänzlich einhält – danach herrscht nur noch Gelassenheit."
Michael Bühler Swiss Disc 

« L’an dernier, en octobre 2005, était créée à la cathédrale de Lausanne, Eternité, suite de quatre morceaux pour chœur de femmes et orgue signés Julien-François Zbinden. Une œuvre de plus, et des meilleures, que le compositeurs vaudois a dédiée aux voix d’un chœur, des meilleures elles aussi : celles de l’Ensemble Polhymnia. Les magnifiques qualités musicales de ces quinze choristes s’épanouissent au gré d’un programme homogène, avec une dominante française et modale. Sérénité, lumière, joie intérieure… »
Revue musicale suisse romande Décembre 2006 59ème année n°4 

« Les oeuvres vocales de Jehan Alain commencent à être mieux connues grâce à d'heureuses initiatives comme celle de Franck Marcon, directeur de l'Ensemble vocal Polhymnia, avec ce disque au titre éloquent : Eternité, qui réunit des oeuvres des 20e et 21e siècles (Burckhard, Zbinden), la merveilleuse Messe des petits de Saint-Eustache-la-Forêt d'André Caplet et la Messe modale de Jehan Alain pour 2 voix de femmes, flûte et orgue. L'ensemble vocal féminin Polhymnia rend, avec une rare intensité, la pureté expressive de ces pages de vraie musique religieuse. »
Aurélie Decourt, nièce de Jehan Alain

« J’ai eu grand plaisir à écouter le cd “Eternité”, tant pour le choix du programme que pour la beauté des voix, et la chaleur vivante de l’interprétation. C’est bien volontiers que j’en félicite les interprètes et leur chef de chœur Franck Marcon. »
Marie-Claire Alain, organiste