Une mystique de l'ombre

“Le secret est le seul lien entre les individus.”

Cette belle sentence de Pascal Quignard s’offre à moi pour tenter d’expliquer le rapprochement, que j’ai souhaité, entre l’oeuvre de Marc-Antoine Charpentier et celle du compositeur suisse Eric Gaudibert. Une vive intuition d’une communauté d’esprit, d’un mouvement de retrait, de concentration et en même temps d’exaltation inquiète, d’irruption poétique me semblait rapprocher ces deux compositeurs si éloignés dans le temps. Leurs musiques si différentes, leurs univers si éloignés ne parviennent pas à les dissocier dans mon esprit. Ils ont ce même goût pour un épanchement discret, pour l’oxymore, pour cette concentration poétique dans des formes et motifs d’une grande simplicité, d’une grande élégance.

Eric Gaudibert avait répondu avec enthousiasme à la proposition que je lui ai faite et je l’en remercie. Il avait su tisser un lien discret, ténu entre sa nouvelle création et les pièces que je lui avais proposées de Marc-Antoine Charpentier. Ce jeu de miroir, ce dialogue nous permettent d’apprécier avec plaisir la puissante continuité entre la musique dite contemporaine et celle dite baroque. Beaucoup cherchent à dresser des frontières inutiles, des barrières infranchissables. J’ai toujours souhaité franchir le pas d’une certaine réconciliation entre les différents styles, les différentes époques.

Il m’est indispensable de chercher à rejoindre l’essentiel : le son, sa dimension métaphysique et mystique sans me soucier des lignes de partage vainement établies. Avec ce programme, je voudrais réaliser une part de ce rêve de réconciliation.

Franck Marcon

Fiche technique : 

Ensemble vocal féminin Polhymnia

- Orgue ou orgue positif
- Flûte à bec
- Viole de gambe

Franck Marcon, orgue et direction